Agir pour une agriculture durable

Méthanisation, optimisation des pratiques, maîtrise de l’énergie : pour allier rentabilité économique et problématiques environnementales.

Sommaire du dossier

Méthanisation : filière prometteuse aux intérêts multiples

Les intérêts de la méthanisation sont multiples. Elle permet à partir de déchets agricoles, de déchets agro-industriels et de déchets issus des collectivités territoriales, de produire une énergie renouvelable : le biogaz.

Le biogaz produit, composé majoritairement de méthane (CH4) et de dioxyde de carbone (CO2), est un gaz combustible avec une étendue de valorisations possibles. Il peut être utilisable pour produire de l’électricité et de la chaleur (cogénération), il peut également après plusieurs procédés technologiques d’épuration, être réduit en biométhane et être alors utilisable comme biocarburant (Gaz naturel véhicule), ou encore, être directement injecté dans les réseaux de transport et de distribution de gaz naturel.

En plus de la production d’une énergie renouvelable, la méthanisation permet de contribuer à l’atteinte d’objectifs de plusieurs politiques environnementales et territoriales. Elle permet, la gestion et le traitement des déchets organiques, la substitution d’engrais minéraux par l’épandage du digestat (aux valeurs fertilisantes améliorées), la limitation des émissions de gaz à effet de serre, le maintien du patrimoine sol, le choix des vecteurs énergétiques pour les territoires, la diversification des activités des exploitations agricoles. Son potentiel de développement économique et industriel important en fait un vecteur de création d’emplois.

La filière Méthanisation en Normandie

En Normandie, cette filière présente depuis longtemps sur le territoire poursuit son développement. Début 2017, on comptabilise 42 unités de méthanisation en fonctionnement en Normandie, pour une puissance totale installée de 13,8 MWe.

L'ouest de la région (Calvados, Manche, Orne) se caractérise par une proportion importante d’installations de type agricole. Ces installations, portées par des structures agricoles, sont généralement de taille « modeste ». Elles traitent des substrats en provenance majoritaire de leur exploitation (effluents d’élevage, résidus de cultures et de silos, ensilages etc.) et elles valorisent généralement leur biogaz à travers un moteur de cogénération.

Dans la Seine-Maritime et l'Eure, le contexte est davantage agro-industriel. Le nombre d’installations est plus restreint que dans l'ouest de la région, mais les tonnages sont généralement plus importants. S’appuyant sur des ressources issues principalement d’industries (agroalimentaire, pharmaceutique, papeterie etc.), ces dernières s’associent généralement avec des agriculteurs et des collectivités afin d’aboutir à un projet collectif à dimension territoriale.

En définitive, tous types de projets peuvent être envisagés : projet à la ferme, regroupement d’agriculteurs, projet industriel seul, projet de territoire porté par une collectivité. Les facteurs clés de réussite d’un projet biogaz s’appuient sur l’optimisation de différents paramètres que les ingénieurs de l’ADEME veillent à s’assurer lors du montage du projet (approvisionnement en matières, taux de valorisation énergétique, maîtrise des coûts d’investissement, ou encore gestion du digestat).

Actions de l’ADEME en faveur de la Méthanisation

Afin de promouvoir le développement de cette filière, l’ADEME Normandie met œuvre deux modalités d’accompagnement que sont les aides à la décision et les aides à l’investissement.

Les aides à la décision permettent d’encourager les porteurs de projet à faire réaliser une étude de faisabilité, indépendante de tout constructeur, avant d’engager un investissement dans une unité de méthanisation. Ces études peuvent prendre la forme d’études de diagnostic comme d’études d’accompagnement de projet.

Les aides à l’investissement (subventions ou avances remboursables) permettent de soutenir les porteurs de projet, notamment en réduisant le poids de la dette qu’ils supportent. Le montant d’aide potentiellement proposé sera défini à partir de la demande d’aide du porteur de projet, de l’analyse de la crédibilité des données présentées (montant de l’investissement, charges et recettes prévisionnelles, etc.), d’une analyse économique permettant de viser une rentabilité correcte, et sur la base d’indicateurs technico-économiques et financiers pertinents.

Quelques documents de référence