Maîtriser l'énergie dans mon industrie

Nécessaire à toute production, l’énergie est un poste budgétaire qui peut être réduit. Différentes démarches sont possibles.

Sommaire du dossier

Démarches d'efficacité énergétique

Les démarches d’efficacité énergétique relèvent de l’utilisation des « meilleures technologies disponibles », c’est-à-dire les équipements les plus performants d’un point de vue énergétique. Cette étape se traduit soit par l’investissement dans un équipement améliorant la performance d’un équipement existant en s’y ajoutant (récupération de chaleur, Variateur électronique de vitesse [VEV], etc.) soit lors du remplacement des équipements obsolètes ou dont la performance est dépassée (énergies radiantes, techniques membranaires, etc.).

Si ces démarches apportent des améliorations importantes de la performance énergétique du site, elles ne constituent pas encore une « optimisation » (au sens mathématique, optimiser signifie minimiser ou maximiser un objectif) car d’autres améliorations sont encore possibles pour réduire les consommations énergétiques du site. Les démarches d’efficacité énergétique relevant de l’optimisation représentent le dernier niveau de la démarche en tirant le meilleur parti des solutions du existantes (installées sur site ou présentes sur le marché). Elles nécessitent des approches plus pointues, plus complexes que les deux premières.

Par opposition aux démarches « bonnes pratiques », les démarches d’optimisations sont systématiquement spécifiques et doivent être adaptées finement aux procédés auxquels elles sont appliquées. Elles passent par la formulation mathématique du problème à optimiser en lui imposant des contraintes technique, temporelle et économique et débouchent ainsi sur le « réglage optimal » pour minimiser une consommation par exemple.

Beaucoup d’actions d’efficacité énergétique engagées par les industriels se concentrent encore sur la mise en œuvre « bonnes pratiques » et sur la mise en œuvre « d’équipements performants » mais peu d’actions relèvent d’une réelle « optimisation ». Il est donc naturel que des améliorations importantes des performances énergétiques restent à faire en mobilisant ce levier. Le contrôle optimal en température et hygrométrie des cycles de recyclage de l’air effectué par les Centrales de traitement de l’air (CTA) est un exemple concret de ce qui peut être effectué en termes d’optimisation.

Quelques documents de référence