Réduire le coût de mes déchets

Les déchets ont un impact environnemental et économique fort. Des actions de limitation sont possibles.

Sommaire du dossier

Réduire la perte de matière première

Repenser les modes de consommation et de production

Il s’agit de migrer d’un développement aujourd’hui basé essentiellement sur un modèle linéaire vers une économie circulaire qui implique notamment l’utilisation modérée et efficace des ressources non renouvelables, l’exploitation des ressources renouvelables.
Chaque entreprise a déjà engagé des actions de réduction de sa consommation de matière. Les approches et méthodologies ne manquent pas (6sigma, Lean, plan d’expérience…). Nous observons qu’il y a toujours plus à gagner, et qu’une approche dédiée à la réduction de la perte matière respectant les étapes clés ci-dessous permet de chiffrer et de mettre en œuvre ces nouvelles actions de gain.

Étape 1 : connaître le vrai coût de ses déchets

C’est-à-dire allouer aux déchets la part qui leur est réellement imputable sur un ou plusieurs processus ou sur l’ensemble du site (périmètre à définir avec l’entreprise).

Afin de prévenir la production de déchets à la source, cette 1re étape consiste à rendre visibles les pertes matières tant en termes de quantités que de coût. Dans la mesure où le coût principal des déchets est avant la benne et que le coût de production des déchets est de 3 à 181 fois plus élevé que la facture de gestion des déchets, cette étape focalisera sur les coûts de production des déchets.

La méthode MFCA (Material Flow Cost Accounting) est utilisée pour répondre à ces objectifs.

Définition des pertes matières : Les pertes matières incluent tous les flux de matière non rentables pour l’entreprise. Ceci définit les déchets au sens large, qu’ils soient valorisés ou non.

Étape 2 : identifier et concevoir des solutions (techniques, organisationnelles, management, etc.)

Identifier et concevoir des solutions susceptibles de réduire significativement les rebuts et déchets de production, et estimer les gains substantiels réalisables. L’objectif est de disposer d’un plan d’action qui comportera des propositions à mettre en œuvre.

Par ailleurs, cette étape pourra permettre d’identifier d’autres pistes de projets complémentaires à développer en dehors du présent dispositif, notamment en termes :

  • d’achat des matières premières responsable ;
  • d’intégration des matières premières secondaires ;
  • de valorisation matière.

Étape 3 : produire ou s’organiser autrement

L’objectif est de réduire les pertes matières, générées par le processus de fabrication des produits ou services. Cette 3e étape consiste à mettre en œuvre au moins une action jugée prioritaire. Cette ou ces action(s) devront clairement mettre en avant les bénéfices économiques et environnementaux attendus (et obtenus).

Étape 4 : connaître le vrai coût de ses déchets après actions

Cette 4e étape permet d’évaluer l’impact environnemental et économique des actions mises en place afin d’optimiser la consommation de matières premières.

Comment agir

En Normandie une opération régionale permet aux entreprises soucieuses de réduire leur consommation de matières premières d’être accompagnées par un expert. Cet accompagnement est financé.

Cette démarche spécifique et propre à notre région est portée par la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Normandie.

Contact CCI : Carole Remigereau.

Contacts ADEME :

  • départements de l’Eure (27) et de Seine-Maritime (76) : Chloé SAINT MARTIN ;
  • départements du Calvados (14), de la Manche (50) et de l’Oise (60) : Damien GREBOT.

Témoignage

L’entreprise Boutaux Packaging a mis en œuvre des actions de réduction des déchets à la source et d’économie de matières premières avec le soutien de l’ADEME Normandie. Quelles actions mises en place ? Quel accompagnement de l’ADEME ? À recommander aux autres entreprises ? Témoignage de M. Malaganne, de Boutaux Packaging.

Quelques documents de référence